Anjou

Benoit Courault

Faye d’Anjou

 

Consciencieux, toujours à la recherche de pureté pour 31 porter au plus haut l’expression du terroir, Benoit se dépense sans compter
à la vigne et vinifie de manière peu interventionniste. Ses vins sont tout en
précision.

Une des valeurs sûres de l’Anjou. Angevin, mais d’origine non vigneronne, il est d’abord allé nourrir son envie de vigne en Bourgogne, puis dans la vallée du Rhône , à Tavel, où Eric Pfifferling (Domaine L’Anglore) lui a transmis une vraie exigence, celle du travail à la vigne. Vigneron hyper- consciencieux, toujours à la recherche d’une expression plus pure et plus droite du terroir, Benoît Courault accomplit, sur ses 6 hectares de vignes (bien plus âgées que lui, plantées de chenin, cabernet franc et grolleau, au cœur des Coteaux du Layon) , un travail méticuleux et peut donc vinifier de manière naturelle et peu interventionniste. Il cultive avec son cheval Norway : moins de mal au dos, moins de bruit, moins de pollution…